Mes chers amis,

 

J'aurais voulu rester plus, mais le temps d'aimer nous est souvent compté. Les rencontres se font et défont comme les murs et si on n'est pas toujours comme des malfrats à les escalader, on le fait, puisque au-delà des murs il y a de nouveaux sentiers.

Les murs. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Berlin. Que raconter concernant Berlin ? Peu puisque c’est une ville qu'il faut vivre, sentir, se remplir de ses douces différences. Mes mots et mes images sont loin de faire une lumière suffisante sur ces lieux, mais qu'importe, je vous amène avec bonheur mon vécu de photographe. 

 

Après le Mémorial de l'Holocauste où les visiteurs éphémères apparaissent et disparaissent comme des fantômes entre les stèles gigantesques, dressées vers les cieux, et le musée où l'on pleure toujours le temps des souffrances en cherchant encore un nom parmi les autres sur les listes informatiques,...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j'aspire à des flâneries plus légères dans cette histoire berlinoise qui s'esquisse doucement par-ci, par-là, avec des passants pas si empressés que ça.

Ils se répondent en souriant aux regards discrets, des complices s'arrêtent dans un square où une musique invite au tango.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une soirée de tango, une soirée d'été qui existe juste pour se faire plaisir, plaisir de toucher, plaisir de s'envoler, plaisir de regarder. J'ai aimé ces couples, leurs gestes, libres du souci des regards des autres. Qu'en dis-tu ? Aurais-tu voulu être présent parmi eux ? 

Berlin danse sous les regards admiratifs, des regards un peu jaloux, car sur les accords, on respire les cheveux, la nuque, un parfum qui s'échappe d'une chemise blanche ouverte. Et même si les pas des couples s'emballent, le rythme reste juste.

 

Moi aussi je me permets quelques pas, mais ils me mènent ailleurs, dans d'autres lieux.  Je m'arrête parmi les bouquinistes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'ai une petite pensée pour nos amis passionnés de livres anciens. Malgré la chaleur torride, nos amoureux de livres oublient le mercure, même les potentiels acheteurs à la recherche de Fritz Meinhard.

 

La découverte, sur un bateau mouche, n'est pas à vrai dire un abri pour se protéger du soleil. Mon regard se glisse sur les berges chargées d'histoires, envahies par les bars où on se promet de se revoir, un verre de bière à la main.

 

Puis il y a des embouteillages pour s'engager dans les queues leu leu vers l'histoire et la culture. Je m'évade du temps présent dans les musées plus frais.

J'ai un coup de coeur pour ce buste un peu délaissé de Néfertiti, évidemment interdit à photographier.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors vous voulez savoir pourquoi je l'ai fait ? Suis-je maline ? Non. Dans les musées berlinois, il est permis de photographier et on se demande, en bon citoyen habitué aux interdictions, pourquoi cette liberté ? Plus audacieuse, je m'avance dans les autres espaces où des voix fermes me rappellent à l'ordre. Surprise. Nous sommes dans le vrai cette fois-ci, les pièces sont protégées, alors il est difficile de jouer à cache-cache, mais malgré tout, le clic de mon appareil photo est parti. La photo est ratée, un peu, ma performance n'était pas terrible, mais l'énergie qui s'en dégage constitue une si belle émotion que même mon écran de veille s'illumine d'elle comme d'une étoile filante. Non, en la regardant à minuit, je n'ai pas de frissons. Normal, les 36,5° font fuir les plus beaux des frissons.

 

Dans mon souvenir de Berlin, il ne faut pas que j'oublie de présenter un bunker qui abrite des oeuvres d'art, la collection Boros, et pour vous faire sourire, ma photo mythique, prise avec Fritz et Rudolph.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà un tout petit aperçu de mon aventure berlinoise.

 

 

Show More

PHOTOS Sonia Zok 

CLIQUEZ SUR LA PHOTO

POUR AGRANDIR  ET VOIR PLUS 

Voulez-vous danser ?

Sonia Zok 

Sonia Zok 

Sonia Zok 

Sonia Zok 

Sonia Zok 

TANGO A BERLIN 

PLAY

SONIA ZOK

en mi majeur

galerie & manuscrits